Soutenance de thèse de Madame Fatima Ezzahra ZOUHAOUI

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Mme Fatima Ezzahra ZOUHAOUI

doctorante au laboratoire du « Centre d’Etudes et de Recherche en Gestion » CERGAM

rattachée à l’école doctorale 509 « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Madame Delphine Van Hoorebeke, maître de conférences-HDR à l’université de Toulon,

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en « Sciences de gestion », sur le thème suivant :

« L’accompagnement au changement technologique, le manager driver doué d’intelligence émotionnelle : Cas de l’implantation de nouveaux progiciels de gestion intégrée dans une entreprise internationale de service »

Lundi 17 décembre 2018 à 13h30 à l’université de Toulon, Campus Porte d’Italie, 70 rue Roger Devoucoux, bâtiment BAOU, salle BA 710,

devant un jury composé de :

Madame Martine Brasseur, professeure des universités à l’Université Paris Descartes, rapporteur,
Monsieur Zahir Yanat, professeur HDR à Kedge Business School à Bordeaux, rapporteur,
Monsieur Philippe Trouvé, professeur associé HDR à l’ESC Clermont-Ferrand, directeur scientifique au CEREQ, suffragant,
Madame Véronique Bon, maître de conférences HDR à l’Université de Toulon, suffragant,
Monsieur Marc Valax, professeur des universités à l’Université Lyon III, suffragant,
Monsieur Ganesian Vaidyanathan, professeur à Roosevelt University à Chicago, suffragant, Madame Delphine Van Hoorebeke, maître de conférences HDR à l’Université de Toulon.

Résumé :

Cette thèse a pour objectif de traiter la thématique de la gestion des émotions dans un contexte de changement technologique. Les organisations négligent encore cet aspect pourtant très important.
Notre problématique concerne plus précisément l’intelligence émotionnelle. De nombreux chercheurs mettent en avant les solutions apportées par l’intelligence émotionnelle dans la gestion « humaine » des ressources humaines. Cependant, cette dernière, apporte-t-elle un véritable atout pour les managers dans le cadre des projets de changements technologiques et organisationnels, responsables de l’intégration et l’acceptation de ces transformations par les employés ?
Cette thèse autorise de nombreux apports académiques et managériaux :
Une énumération des freins et surtout des leviers de la co-construction du changement, une modélisation de la courbe du changement assimilée à la courbe de deuil de Kübler-Ross (1969), une précision des aptitudes liées à l’aspect émotionnel des managers de premier rang pour mieux « driver » le changement technologique, à l’introduction de la notion du manager driver doué d’intelligence émotionnelle associant les aspects émotionnel et cognitif dans ses démarches de gestion des ressources humaines, en utilisant une méthodologie de recherche peu commune « l’ethnométhodologie ou l’observation participante clandestine » répandue en anthropologie et en sociologie. Cette méthode est très intéressante pour les sciences de gestion dans la mesure où elle présente une mine d’informations à essayer de comprendre et analyser. Elle permet, également, au chercheur de comprendre des mécanismes difficilement compréhensibles si l’on n’expérimente pas – au même titre que les sujets observés – les phénomènes étudiés.
Nous avons mené une observation participante ’clandestine’ longitudinale (3 ans et 6 mois) dans un cabinet d’avocats d’affaires d’envergure internationale. A travers cette méthodologie, nous comprenons que l’accompagnement associé à l’intelligence émotionnelle diminue la dissonance cognitive et émotionnelle et favorise les interactions qui s’avèrent déterminantes pour la maîtrise des projets de changements. Seulement une question s’impose : est-ce qu’un manager-driver doit avoir la capacité de s’adapter à toutes les personnalités et à tous les contextes ? Si c’est ce que présuppose l’intelligence émotionnelle, sa mise en pratique peut sembler relever d’un talent particulier indéniable.

Abstract :

Modern management relies on the ability of top managers to "succeed" in all projects involving operational staff and change projects (Autissier and Derumez, 2007). However, in the literature, the analysis of the cognitive ability of managers to manage change projects (implementation procedures, monitoring and control process ... etc) takes over the emotional aspect.
The main objective of this thesis is to address emotions management in the implementation of a new integrated management software package. Organizations continue to neglect this aspect yet very important. We are specifically interested in emotional intelligence of top managers who could be real assets to manage their subordinates emotions during all phases of the projects to better prepare them for acceptance and appropriation of new representations.
In fact, many researchers highlight the solutions brought by emotional intelligence in the "human" management of human resources. However, does it bring a real asset for managers in the context of technological and organizational change projects, as they are responsible for the integration and acceptance of these transformations by employees ?
The joint aspects cognition-emotion in the human resources management allows to channel emotions and negative causes of resistance. Especially when the change concerns the ERP which have as particularities collective and shared exchanges, a technicality and a speed of evolution (Zouhaoui et Van Hoorebeke, 2018) that may imply political - implicit but decisive - resistance related to the objectives and issues of this high impact change.
Concerning the epistemological and methodological framework, we are part of a constructivist exploratory approach. We lead an ‘undercover’ longitudinal study (3 years and 6 months in a law firm of international affairs) of a change through the implementation of an integrated management software package in a service company, of international scope according to the rules of ethnomethodology.
This thesis authorizes many academic and managerial contributions :
(1) An enumeration of the brakes and especially the levers of the co-construction of change, (2) a modeling of the curve of change assimilated to Kübler-Ross’s curve of grief (1969), (3) a precision of the aptitudes related to the emotional aspect of the direct managers to better "drive" the technological change, (4) an introduction of the concept of the driver manager endowed with emotional intelligence, His approach of management of human resources relies on the association between the cognitive and emotional aspects (5) using an unusual methodology of research " ethnomethodology or undercover participant observation "prevalent in anthropology and sociology. This method is very interesting for management sciences in that it presents a wealth of information to try to understand and analyze. It also allows the researcher to understand mechanisms that are difficult to apprehend if the phenomena under study are not experienced by the observed subjects.
At the end of this study, we find that the support associated with emotional intelligence decreases cognitive and emotional dissonance, favors the interactions that are decisive for the control of change projects, promotes the co-construction of change, and participates in the acceptance and appropriation of change. The daily interventions of accompaniment proved, in our case study, that the execution is easy and effective when it emerges from