Soutenance de thèse de Mme Wafa AIDI - Laboratoire LEAD

Doctorante au laboratoire LEAD – Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement rattaché à l’école doctorale 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées »

Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Wafa AIDI,
Doctorante au laboratoire LEAD – Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement rattaché à l’école doctorale 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », sous la direction de M. le Professeur Gilles PHILIPPE et M. le Professeur Mohamed AYADI soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences Economiques, sur le thème suivant :

« Effects of the financial liberalization process on financial stability : Theoretical dimensions and empirical investigations »

Le vendredi 10 octobre 2014 à 14h00, à l’Université de Toulon, Campus Porte d’Italie, Bâtiment FARON, salle FA 701

Composition du jury

  • Mme Camille CORNAND, Docteur – HDR au CNRS à Lyon,
  • M. Mohamed HADDAR, Professeur à l’Université de Tunis El Manar,
  • M. Jean-Pierre ALLEGRET, Professeur à l’Université Paris Ouest-Nanterre La Défense,
  • M. Mohamed AYADI, Professeur à l’Institut Supérieur de Gestion à l’Université de Tunis,
  • M. Hakim BEN HAMMOUDA, Docteur-HDR, Ministre de l’Economie et des Finances, Gouvernement de la République de Tunisie,
  • M. Philippe GILLES, Professeur à l’Université de Toulon,
  • M. Marcelo OLARREAGA, Professeur à l’Université de Genève.

Résumé :

This thesis demonstrates that the integration dynamics can explain exchange instabilities. Theoretically, we discuss the possible non-linearity in the effect of financial liberalization. Empirically, we suggest the threshold models as an alternative to traditional linear models. Our thesis is divided into 4 chapters. The first chapter re-examines the debate on the financial liberalization impacts on external stability. The second chapter analyses the financial integration and the intermediation structure in the regions the most impacted by severe financial crises. These crises have been produced within non-optimal integration dynamics. Chapter three analyses two regional investigations of the relationship between financial integration and speculative pressures. The first analysis demonstrates that the financial integration increases the speculative pressures once the degree of financial liberalization exceeds a specific threshold. The second investigation suggests that the effect “exchange instabilities” of the financial integration process depends on the matrix financial structure versus liberalization dynamics. The bank-dominated systems seem to be less financially vulnerable than the market-dominated ones. The final chapter focuses on the effect of integration dynamics on MENA economies ’vulnerability to exchange crises. The first investigation suggests that the preservation of an optimal liberalization dynamic has delayed the structural break in the relationship between speculative pressures and financial liberalization. The second investigation outlines that the excess of financial liberalization constitutes an important determinant of exchange stability. It is no longer the choice of integration sequence which determines exchange imbalances, but rather the preservation of an optimal dynamic of integration. As a final contribution, our investigations can provide specific theoretical guidelines related to the optimal dynamic of integration.

Cette thèse démontre que la dynamique d’intégration peut expliquer l’instabilité financière d’une économie. Sur le plan théorique, nous analysons les éventuelles non-linéarités dans l’effet de la libéralisation financière sur la stabilité externe. Sur le plan empirique, nous proposons les modèles à seuil comme alternative aux modèles linéaires conventionnelles. Notre thèse se subdivise en 4 chapitres. Le premier chapitre revisite le débat sur la nature de l’effet exercé par l’intégration financière sur la stabilité externe. Le second chapitre analyse l’intégration financière et la structure d’intermédiation dans les régions les plus assujettis à des sévères crises. Les crises financières majeures se sont survenues au sein de dynamiques non-optimales d’intégration. Le troisième chapitre présente deux modélisations régionales de la relation Intégration financière/Pressions spéculatives. La première démontre que la libéralisation financière accroit les pressions spéculatives au-delà d’un degré seuil. En outre, l’évolution au sein d’une dynamique non-optimale d’intégration accroit les tensions de change dès les premières étapes d’intégration. La seconde recherche préconise que l’effet « pressions spéculatives » du processus d’intégration dépend de la matrice (dynamique d’intégration/ structure financière). Les économies basées sur les crédits bancaires semblent être moins vulnérable aux tensions de change. Le dernier chapitre s’intéresse à l’effet de la dynamique d’intégration sur la vulnérabilité des économies du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord aux crises de change. Le premier essai démontre que le maintien d’une dynamique optimale d’intégration retarde le changement structurel dans l’effet de la libéralisation financière sur les tensions de change. Le second essai signale que l’excès de la libéralisation financière constitue un déterminant de la stabilité de change. Désormais ce n’est plus le choix de la séquence d’intégration qui détermine la stabilité de change mais plutôt c’est le maintien d’une dynamique optimale d’intégration. Notre réflexion peut fournir les fondements d’une théorie de dynamique optimale d’intégration.