Soutenance de thèse de Monsieur Brice BAROIS

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Monsieur Brice BAROIS

doctorant au Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement (LEAD - EA 3163)
rattaché à l’école doctorale 509 « Sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,
sous la direction de Monsieur Michel DIMOU, professeur des universités à l’université de Toulon soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat « Sciences économiques », sur le thème suivant :

« Créativité, attractivité et développement économique des territoires européens »,

vendredi 29 novembre 2019 à 13h30 à l’université de Toulon, Campus Porte d’Italie, 70 rue Roger Devoucoux, bâtiment FARON, salle FA 701

devant un jury composé de :

Madame Faridah DJELLAL, professeure des universités à l’Université de Lille, rapporteur,

Madame Rachel GUILLAIN, professeure des universités à l’Université de Bourgogne, rapporteur,

Monsieur Francisco SERRANITO, professeur des universités à l’Université Paris 13, suffragant,

Monsieur Christophe VAN HUFFEL, maître de conférences à l’Université de Toulon, co-encadrant,

Monsieur Michel DIMOU, professeur des universités à l’Université de Toulon, directeur de thèse.

Résumé :

Cette thèse propose une analyse comparative de la richesse, de la créativité, de la connectivité et de l’attractivité résidentielle des territoires. Dans un premier chapitre, la hiérarchie des richesses régionales dans l’Union Européenne sur la période 2000-2015 est analysée, en se focalisant sur la dynamique de la distribution des PIB par habitant des 276 régions européennes identifiées au niveau NUTS 2. À l’aide de modèles économétriques, ce chapitre montre que les mécanismes structurels européens ne conduisent pas à un processus de convergence des PIB par habitant. Les mécanismes de rattrapage se sont avérés inefficaces et on assiste à une polarisation de performances qu’on caractérise comme l’Europe à deux vitesses. Le second chapitre, sur la période 2006-2013, étudie l’impact direct et indirect des industries créatives et culturelles et de la connectivité sur la richesse des régions européennes. Il montre que lorsque l’on tient compte des effets d’autocorrélation spatiale, l’impact de ces industries sur la richesse des régions européennes est plus contrasté et peut, dans certains cas, creuser les disparités. Le troisième chapitre se concentre sur les migrations résidentielles en France métropolitaine. En analysant les migrations résidentielles entre les zones d’emploi françaises, il constate que les jeunes (15-29 ans) migrent davantage que le reste de la population. Plus l’individu est diplômé, célibataire et locataire, plus il a de chance de migrer. Dans un même temps, les caractéristiques des territoires de localisation influent sur les décisions de migration des individus. Les jeunes préfèrent emménager dans des territoires connectés, où l’emploi créatif est présent et le taux de chômage est faible.

Abstract :

Creativity, residential attractiveness and economic development in European regions.

This thesis delivers a comparative analysis on the wealth, the creativity, the connectivity and the residential attractiveness of the European territories. In a first chapter, the hierarchy of regional wealth in the European Union over the period 2000-2015 is analyzed, focusing on the dynamics of the distribution of GDP per capita of the 276 European regions identified at the NUTS 2 level. Using econometric models, it shows that the European structural mechanisms don’t lead to a process of convergence of GDP per capita. The catch-up mechanisms have proved ineffective and we are witnessing a polarization of performances that we characterize as the two-speed Europe ... The second chapter, for the period 2006-2013, studies the direct and indirect impact of the creative and cultural industries on the wealth of European regions. It shows that when spatial autocorrelation effects are considered, the impacts of these industries on the wealth of European regions are more contrasted and may, in some cases, widen disparities. The third chapter focuses on residential migration in metropolitan France. By analyzing residential migration between the French employment areas, this work shows that young people (aged 15-29) migrate more than the rest of the population. The more an individual is a graduate, single and renter, the more likely he is to migrate. At the same time, the characteristics of location territories influence the migration decisions of individuals. Young people prefer to move to connected territories, where creative employment is present and where unemployment rate is low.