Soutenance de thèse de Monsieur Franck DEDIEU

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Monsieur Franck DEDIEU

Doctorant au Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement (LEAD - EA 3163)
rattaché à l’école doctorale 509 « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Monsieur Michel DIMOU, professeur des universités à l’université de Toulon
et
de Monsieur Gabriel COLLETIS, professeur des universités à l’université de Toulouse-Capitole,

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat Sciences Economiques,
sur le thème suivant :

Le patriotisme économique à travers le cas de cinquante firmes industrielles françaises
Analyses, faits empiriques et comparaisons internationales

Mardi 25 juin 2019 à 14h00 à l’université de Toulon, Campus Porte d’Italie, bâtiment BAOU, salle BA 710

devant un jury composé de :

Monsieur Gaël GIRAUD, directeur de recherche CNRS à l’Agence Française de Développement, rapporteur,

Monsieur Bernard PECQUEUR, professeur des Universités à l’Université de Grenoble, rapporteur,

Monsieur Emmanuel TODD, chargé de Recherches à l’INED, suffragant,

Monsieur Michel DIMOU, professeur des Universités à l’Université de Toulon, directeur de thèse,

Monsieur Gabriel COLLETIS, professeur des Universités à l’université de Toulouse-Capitole, directeur de thèse.

Résumé :

Cette thèse porte sur le patriotisme économique à travers le cas de 50 grandes firmes industrielles françaises. Elle entend d’abord analyser les contours du concept – assez négligé en sciences économiques - de patriotisme économique par le lien historique entre Nation et Entreprises puis par un examen de la pensée des « grands » auteurs de la question (Friedrich List en particulier). Elle vise ensuite empiriquement à mesurer l’inclination patriotique de 50 grandes firmes industrielles françaises sur la base d’une série de données recueillies dans leur document de référence déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) entre 2006 et 2016 : répartition géographique des effectifs, ventilation du chiffre d’affaires, nombre de filiales étrangères, impôt sur les résultats, attribution par pays (ou continent) des actifs immobilisés. Il en ressort notamment une réduction importante en l’espace de 10 ans seulement des effectifs en France (-17%) et une hausse concomitante des effectifs dans les pays émergents (+29%). A l’aune de ces résultats, le présent travail fera apparaître les principaux déterminants du patriotisme : actionnariat, secteur d’activité, rentabilité, rémunération du personnel …
Enfin, cette thèse compare ces résultats découverts au sein des firmes françaises avec ceux des firmes européennes concurrentes. Les mêmes données ont été consignées auprès d’une soixantaine de multinationales allemandes, britanniques, suédoises ou encore suisses. Lesquelles, au cours de la période (2006-2016), parviennent à augmenter de 14% leurs effectifs domestiques. Un défaut de patriotisme français apparaît donc clairement au sujet du patriotisme économique. Les derniers développements de cette thèse en analyseront les raisons sur la base de résultats empiriques mais aussi d’observations venues d’autres sciences sociales.
Mots clés : Patriotisme, Multinationales, Institutionnalisme, Keynésianisme, List, Colbertisme, Mercantilisme, Effectif domestique, Industrie nationale, Mondialisation, Décomposition internationale du processus productif, « Made in France », Investissement Direct Etranger, Mondialisation, Territoire, Implantation, Délocalisation.

Abstract :

Economic patriotism by case study of fifty French industrial firms - Analyzes, empirical facts and international comparisons

This thesis focuses on economic patriotism by case study of 50 large French industrial firms. First, we intend to analyze the context of the concept - quite neglected in economic science - of economic patriotism by making the historical link between nations and companies, and secondly by a study of the "main" authors covering this topic (Friedrich List especially). This thesis aims empirically to measure the patriotic affinity or affiliation of 50 large French industrial firms on the basis of a series of data collected from annual reports filed with the AMF (French financial markets authority) between 2006 and 2016 : geographical distribution of employees, sales revenue by contries, number of foreign consolidated subsidiaries, income taxe, allocation by country (or continent) of intangible assets. From this it shows that there is a significant reduction of employees in France (-17%) over the last ten years (2006-2016and at the same that there is an increase of employees in emerging countries (+ 29%). In the light of these results, the present analysis will demonstrate the main factors of patriotism : shareholder structure, sector of activity, Return on equity investment, personnel expenses …
Finally, this thesis will compare these results discovered within French firms with those of competing European firms. The same data were analyzed with about sixty German, British, Swedish or Swiss multinationals. During the period (from 2006 to 2016), these firms increase their domestic workforce (in number of employees) by 14%. A notion of « lack » of French patriotism thus arises clearly from the topic subject. The latest developments in this thesis will further analyze the reasons based on empirical results but will also touch upon observations from other social sciences.

Keywords : Patriotism, Multinational firms, Domestic employement, Institutionnalism, Keynesianism, List, Colbert, Mercantilism, National Industry, Globalisation, Global Value Chains, "Made in France", Foreign Direct Investment, Globalization, Proximity, Location choice, Offshoring.