Soutenance de thèse de Monsieur Stéphane DUCHATELEZ

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Monsieur Stéphane DUCHATELEZ

doctorant au laboratoire BABEL - EA 2649,
rattaché à l’école doctorale 509 « Sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,
sous la direction de Madame Michèle MONTE, professeure des universités à l’université de Toulon,
soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat « sciences du langage – linguistique » sur le thème suivant :

« La communication poétique. Vers une approche linguistique de l’effet poétique »,

mercredi 06 novembre 2019 à 14h00 à l’université de Toulon, campus Porte d’Italie, 70 rue Roger Devoucoux, bâtiment COUDON, salle CO 315.

devant un jury composé de :

Monsieur Franck Neveu, professeur des universités à Sorbonne Université, faculté des lettres, rapporteur,
Madame Marion Carel, maître de conférence-HDR au Centre de recherches sur les arts et le langage à l’EHESS, rapporteur,
Monsieur Marc Dominicy, professeur émérite à l’Université Libre de Bruxelles, suffragant,
Madame Lucile Gaudin-Bordes, maître de conférences à l’Université de Toulon, suffragant,
Madame Michèle Monte, professeure des universités à l’Université de Toulon, directrice de thèse.

Résumé :

L’objectif de cette thèse est de proposer une description unifiée de la modalité poétique, qu’elle apparaisse dans des textes en vers ou en prose. L’angle d’approche adopté est celui de la pragmatique linguistique. Renonçant à la catégorie générique de poésie, nous redéfinissons la poéticité à partir de la notion d’effets, que notre enquête se propose donc de définir. Afin de dégager des pistes théoriques, nous passons d’abord en revue un certain nombre de notions issues des approches (post-)jakobsonienne, énonciatives et évocatives, puis nous précisons nos hypothèses en menant des analyses de corpus sur des textes de Michaux et Roubaud. De cette première étape, il ressort que les effets poétiques s’accompagnent de parcours interprétatifs concomitants, de statuts différents. Afin de proposer une formulation linguistique de ces phénomènes, nous avançons des arguments justifiant le choix de la théorie des actes de langage comme cadre descriptif général. Réexaminées dans ce cadre conceptuel, les données rassemblées jusqu’ici nous permettent de définir les effets poétiques comme des effets perlocutoires anticipés, et parallèles à la visée illocutoire principale. Enfin, nous évaluons la robustesse de cette définition à travers une série d’études de corpus portant sur une gamme étendue de faits de langue : des phénomènes syntaxiques (parallélismes), des faits énonciatifs (polyphonie, valeurs du présent de l’indicatif) ou textuels (allégorie) sont ainsi examinés. Ces analyses confirment la plausibilité de nos hypothèses. En outre, elles permettent d’envisager l’étude de la poéticité dans des textes plus contemporains ainsi que dans la prose romanesque de certains auteurs.

Abstract :

This research aims to propose a unified conception of poetic modality, whether it appears in verse or prose texts. The approach followed belongs to pragmatics. Renouncing the generic category of poetry, this study redefines poeticity by means of the notion of effects, which our investigation proposes to define. We first show limits and problems of some notions used in (post-)Jakobsonian, enunciative and evocative approaches, then we specify our hypotheses by conducting corpus analyses on Michaux and Roubaud texts. From this first step of our investigation, it appears that the poetic effects are accompanied by parallel interpretative paths of different status. To propose a linguistic formulation of these phenomena, we develop arguments justifying the choice of speech acts theory as a general descriptive framework. Re-examined into this conceptual framework, the gathered data allow us to define poetic effects as anticipated perlocutionary effects, concomitant to the main illocutionary act. Finally, through a series of corpus studies covering a wide range of language facts, we evaluate the robustness of our definition : syntactic phenomena (parallelisms), enunciative (polyphony, values of present simple) or textual (allegory) facts are thereby examined. These analyses confirm the plausibility of our explanation. In addition, our hypotheses about poeticity take into account its manifestations in contemporary poems and some kinds of novels.