Soutenance de thèse de Oumama BOUABDI - Laboratoire LEAD

Doctorante au Laboratoire d’Économie Appliquée au Développement - LEAD, rattaché à l’école doctorale 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées »

Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Oumama BOUABDI,

Doctorante au Laboratoire d’Économie Appliquée au Développement - LEAD, rattaché à l’école doctorale 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », sous la direction de M. le Professeur Philippe GILLES et M. le Professeur Abdelghani BOUAYAD, soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences Economiques, sur le thème suivant :

« Libéralisation financière et investissement direct à l’étranger : un mode de financement qui s’impose pour le développement économique des PED : Cas du Maroc »

Le vendredi 07 novembre 2014 à 10h00, à l’Université de Toulon, Campus Porte d’Italie, bâtiment le Coudon, salle CO 601 à Toulon,

Composition du jury :

  • M. Jean-Pierre ALLEGRET, Professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, rapporteur,
  • M. Abdelkarim MOUSSA, Professeur à l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, rapporteur,
  • M. Philippe GILLES, Professeur à l’Université de Toulon,
  • M. Abdelghani BOUAYAD, Professeur à l’Université Moulay Ismaïl au Maroc,
  • M. Abdelilah BAGUARE, Professeur à l’Université Moulay Ismaïl au Maroc,
  • M. Alexandru MINEA, Professeur à l’Université d’Auvergne, Clermont-Ferrand.

Résumé :

L’aspect peu volatil observé durant les différentes crises financières et l’importance des externalités relatives à la simulation des économies hôtes attribuent aux IDE une dimension considérable surtout pour les pays en développement (PED). Dès lors, l’attractivité du territoire est devenue la priorité principale des politiques des PED vers une ouverture sur les marchés internationaux. Ce qui explique la grande vague de réformes structurelles et de stratégies attractives qui a marqué ces économies durant ces deux dernières décennies. La contribution de cette thèse repose sur l’analyse des déterminants des IDE au niveau macroéconomique et mésoéconomique. La première étude consiste à estimer l’attractivité des territoires de la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). Nous avons appliqué les nouveaux apports de l’économétrique spatiale pour la spécification des flux bilatéraux de huit pays MENA en provenance de 16 pays d’OCDE sur la période 1985-2010. L’objectif est d’examiner la spécificité de cette région en évaluant conjointement la contribution spatiale interrégionale pour expliquer la nature des IDE et le rôle de l’autocorrélation spatiale intra-régionale à promouvoir l’investissement dans les territoires étudiés. La deuxième étude procède à l’analyse typique du climat d’investissement marocain objet de la recherche. Il s’agit de faire une comparaison sectorielle en identifiant la significativité des déterminants des IDE dans le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire. Le travail consiste en premier lieu d’évaluer l’impact des variables macroéconomiques sur les flux des IDE dans neuf secteurs. En deuxième lieu, des variables mesurant la qualité institutionnelle sont intégrées individuellement afin d’approximer les différentes élasticités du climat juridique et administratif sur l’attractivité des IDE.

Résumé en anglais :

The low volatility observed during the global financial crises and the importance of externalities on simulating host economies attribute considerable interest to foreign direct investment especially for developing countries (DCs). Therefore, the territorial attractiveness became the main priority for DCs’s policies towards more international openness. This explains the multitude of structural reforms and attractive strategies adopted by these economies over the last two decades. The contribution of this thesis is based on the analysis of FDI determinants at the macroeconomic and mesoeconomic level. The first study estimates the territorial attractiveness of the Middle East and North Africa (MENA). We have applied the new contributions of the spatial econometric specification to examine the bilateral flows from 16 OECD countries to eight MENA countries over the period 1985-2010. The purpose is to jointly evaluating the spatial interregional contribution to explain the nature of FDI present in the region and the role of the spatial intraregional autocorrelation to promote investment in the studied areas. The second study proceeds to analyze the specificity of Moroccan investment climate subject of this research. It consists to compare different economic sectors by identifying the significance of the FDI determinants in the primary, secondary and tertiary sectors. Thus, we estimate the impact of macroeconomic variables on FDI inflows within nine sectors. Thereafter, three institutional variables are individually incorporated to approximate the various elasticities of the legal and administrative climate on FDI attractiveness.