Logo UTLN

Soutenance de thèse de Anne FRENZEL - Laboratoire BABEL



Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Anne FRENZEL

doctorante au laboratoire BABEL - EA 2649, rattachée à l’école doctorale 509 « Civilisations et Sociétés euro-méditerranéennes et comparées », sous la direction de Madame Martine SAGAERT, professeure émérite à l’université de Toulon, soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat "langues et littératures françaises", sur le thème suivant :

« La Physiognomonie au cœur des Caves du Vatican »,

Vendredi 06 juillet 2018 à 14h00 à l’université de Toulon, campus de La Garde, bâtiment Y, Amphi 008,

devant un jury composé de :

Résumé :

L’écriture des Caves du Vatican s’accomplit dans une époque où la physiognomonie est extrêmement présente dans la presse et dans les tribunaux qu’André Gide fréquente en qualité de juré d’assises. Et, c’est dans le contexte d’une période troublée mais portée par le progrès qu’il édifie cette sotie, dans laquelle coexistent la mutique franc-maçonnerie, une Église dévoyée, et les bruyantes sciences expérimentales, qui claironnent leurs avancées.

Gide connaît le célèbre ouvrage de Lavater, La physiognomonie ou l’art de connaître les hommes par la physionomie, il choisit de parodier certains aspects de la physiognomonie tout en taisant son nom. Aussi, n’est-ce qu’à la faveur d’une lecture approfondie des Caves du Vatican que se dévoilent l’enjeu et la posture esthétique de cette œuvre, qui prend le parti d’imiter la physiognomonie afin de la tourner en dérision, cela, sans jamais la citer. L’auteur traite du corps et de ses particularités, en jouant d’une configuration littérale, qui s’attache à décrire, à rendre compte des gestes de ses personnages en les exagérant, pour mieux scruter les âmes qui habitent ces corps.

Par-delà la comédie, la sotie gidienne est un « lieu de significations et d’interrogations multiples », qui échappe aux analyses physiognomoniques réductrices et donne à voir l’être humain dans toute sa complexité et sous toutes ses formes, l’aventurier comme le criminel.

Abstract :

Physiognomy at the heart of The Vatican cellars

The writing of the Vatican cellars is being done at a time when physiognomony is extremely present in the press and in the courts that André Gide attends as a juror at the Assize Court. It is in the context of a troubled period but driven by progress that he builds its sotie, in which coexist the mute Freemasonry, a misguided Church, and the noisy experimental sciences, which trumpet their progress. Gide knows Lavater’s famous Essays on physiognomy, he chooses to parody certain aspects of physiognomy while silencing its name. It is only a thorough reading of The Vatican cellars that reveals the stake and the aesthetic posture of this work, which imitate the physiognomy to make a mockery of it, without ever quoting it. The author deals with the body and its peculiarities, playing with a literal configuration, which attempts to describe, to account for the gestures of its characters by exaggerating them, to better scrutinize the souls that inhabit these bodies. Beyond comedy, the Gidienne sotie is a "place of multiple meanings and interrogations", which escapes the reductive physiognomic analyzes and gives to see the human being in all its complexity and in all its forms, the adventurer as the criminal.



Ecole Doctorale 509 - http://ed509.univ-tln.fr/Soutenance-de-these-de-Anne-FRENZEL-Laboratoire-BABEL.html - comweb@univ-tln.fr