Soutenance de thèse Monsieur Peter Stephen ASSAGHLE

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Monsieur Peter Stephen ASSAGHLE

doctorant au laboratoire CERC – Centre d’Etudes et de Recherche sur les Contentieux – EA 3164,

rattaché à l’école doctorale 509 « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Monsieur Philippe PEDROT, professeur des universités, à l’université de Toulon

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat Sciences juridiques,

sur le thème suivant :

« Vulnérabilité des femmes et violences dans la région des Grands Lacs africains : cas des femmes du Grand Kivu »,

Lundi 7 décembre 2020 à 14h00

dont le lien de connexion est accessible sur demande auprès du doctorant

peter-stephen-assaghle etud.univ-tln.fr

Le nombre de connexion sera limité

devant un jury composé de :

Monsieur VIALLA François, professeur des universités à l’université de Montpellier, rapporteur,

Monsieur AKANDJI KOMBE Jean-François, professeur des universités à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur,

Madame DOUCHY-OUDOT Mélina, professeure des universités à l’université de Toulon. suffragant,

Monsieur PEDROT Philippe, professeur des universités à l’université de Toulon, directeur de thèse.

Résumé :

Depuis les années 1990, les deux (2) provinces du Kivu connaissent une profonde instabilité née non seulement de la déstructuration de l’État congolais et de ses institutions, mais aussi des affrontements régionaux qui ont y ont lieu sur leurs sols et qui les dévastent. Ces désordres sont facteurs de violences diverses auxquelles les femmes du Grand Kivu ont du mal à résister.

Elles sont exposées à la négation de leurs droits et à des atteintes à leur intégrité dont le paroxysme est atteint lorsque les affrontements surgissent. C’est cette vulnérabilité qui est la question centrale de notre travail. Celui-ci s’intéresse donc, d’une part, à la démonstration des réalités problématiques qui fondent la situation de faiblesse des femmes du Grand Kivu, d’autre part, à l’analyse des carences criardes dans la protection de cette vulnérabilité, malgré l’adoption par la RDC de conventions régionales et internationales de protection des droits des femmes.

Abstract :

WOMEN’S VULNERABILITY AND VIOLENCES IN THE AFRICAN GREAT LAKES REGION : GREAT KIVU’S WOMEN CASE

Since the 1990s, the two (2) provinces of Kivu are experiencing profound instability as result not only of the dismantling of the Congolese state and its institutions, but also of the regional clashes taking place on their soil and devastating them. These disorders create diverse violence that women of Great Kivu find difficult to resist. They are exposed to denial of their rights and to several attacks on their integrity, the climax of which is reached when clashes arise. This vulnerability is the central question of our work. It is therefore interested, on the one hand, in the demonstration of realities underlying the weakness of these women, on the other hand, in the analysis of the glaring deficiencies in their protection, despite of the adoption by DRC of regional and international conventions protecting women’s rights.