Soutenance de thèse de Madame Olivia TCHEMAKO

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Madame Olivia TCHEMAKO de MATTEI

doctorante au laboratoire BABEL - EA 2649

rattachée à l’école doctorale 509 « Sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Madame Michèle MONTE, professeure émérite à l’université de Toulon et Monsieur Damon MAYAFFRE, chargé de recherches HDR, CNRS, UMR « Bases Corpus Langage » à l’Université de la Côte d’Azur, co-directeur de thèse.
soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat « Sciences du langage - linguistique » sur le thème suivant :

« Images de Soi et de l’Autre dans les discours européens et africains aux Nations Unies »

Mercredi 17 novembre 2021 à 14h00 sur le campus de La Garde, IUT Toulon, salle des commissions,

devant un jury composé de :

Madame Claire OGER, professeure des Universités, Université Paris Est Créteil, rapporteur,

Monsieur Thierry GUILBERT, maître de conférences HDR, Université de Picardie Jules Verne, rapporteur,

Madame Hélène LEDOUBLE, maîtresse de conférences, Université de Toulon, examinatrice,

Madame Véronique MAGRI, professeure des Universités, Université de la Côte d’Azur, examinatrice,

Madame Michèle MONTE, professeure émérite de linguistique française à l’Université de Toulon, directrice de thèse

Monsieur Damon MAYAFFRE, chargé de recherches HDR, CNRS, UMR « Bases Corpus Langage » à l’Université de la Côte d’Azur, co-directeur de thèse.

Abstract

This thesis focuses on the self-presentation of member states in and through their speeches at the United Nations General Assembly. In keeping with the French tradition of Discourse Analysis, it questions the verbal modalities of self-image construction in light of the circumstances in which speeches at the UN are made. How does the self-image of the Member State emerge in a context where speech are submitted to strong restrictions linked to the imperatives of legitimating the institution ? The textual corpus is made up of speeches at general debates which each year introduce the ordinary session of the General Assembly : 150 speeches delivered in French by 10 French-speaking member states between the year 2000 and the year 2014. The method of analysis combines qualitative and quantitative perspective, based on one hand on a computer-assisted quantitative linguistics, and on the other hand on lexical, enunciative, pragmatical and argumentative approach. The thesis is subdivided in two parts which correspond to the underlying concerns of the general issue. The first part is devoted to the determination of generic invariants, which are accessed through phraseological objects that emanate from the language practices of all speakers. The second part relates to the self-images of the member states which, in turn, emanate from the remarkable lexical attributes of their different discourses. We thus manage to identify, beyond discursive determinations specific to gender, general strategies used in discourse by the member state for enhancing the self-image, in order to cultivate international recognition. The image of the other is comprehended through the prism of the belonging communities developed in discourse by the speakers. We then observe the representation that a community of states has of another, and how this affects the self-images of the communities. The controversy turns out to be enlightening for our analyzes at this stage, since, in addition to the situations of inequalities between actors that it exhibits, it resolutely draws attention to the ability of the United Nations to unite around common values actors defending divergent stakes.

Self-image (s), implicit, indirect speech acts, politeness, dissensus, United Nations phraseology, international rhetoric, speech, discursive routines.

Résumé

Cette thèse s’intéresse à la présentation de soi des États-membres dans et par leurs discours à l’Assemblée Générale des Nations Unies. S’inscrivant dans la tradition française d’Analyse du discours, elle interroge les modalités verbales de construction de l’image de soi eu égard aux circonstances dans lesquelles les discours à l’Onu sont prononcés. Comment l’image de soi de l’État-membre émerge-t-elle dans un contexte où la parole obéit en principe à de fortes restrictions liées aux impératifs de légitimation de l’institution ? Le corpus d’étude, textuel, est constitué des allocutions aux débats généraux qui introduisent chaque année la session ordinaire de l’Assemblée Générale : 150 allocutions prononcées en français par 10États-membres francophones entre l’année 2000 et l’année 2014. La méthode d’analyse articule perspective qualitative et quantitative, s’appuyant d’une part sur une linguistique quantitative assistée par ordinateur et d’autre part sur une approche lexicale, pragma-énonciative et argumentative. La thèse est structurée en deux parties qui correspondent aux préoccupations sous-jacentes de la problématique. La première partie est consacrée à la détermination des invariants génériques, auxquels on accède grâce aux objets phraséologiques qui émanent des pratiques langagières de l’ensemble des locuteurs. La deuxième partie se rapporte aux images de soi des États-membres qui, elles, émanent des attributs lexicaux remarquables de leurs différents discours. L’on parvient ainsi à identifier, au-delà des déterminations discursives propres au genre, des stratégies générales de valorisation de l’image de soi dont les États-membres usent en discours, afin de cultiver la reconnaissance internationale. L’image de l’autre est appréhendée au prisme des communautés d’appartenance que les locuteurs construisent en discours, et dont ils se prévalent. On traite alors de la représentation qu’une communauté d’États se fait d’une autre, et de la manière dont cela infléchit les images de soi des communautés. La polémique se révèle éclairante pour nos analyses à ce stade, puisque, outre les situations d’inégalités entre acteurs qu’elle exhibe, elle attire résolument l’attention sur la capacité de l’Organisation des Nations Unies à rassembler autour de valeurs communes des acteurs défendant des intérêts divergents.

Image(s) de soi, implicite, actes de langage indirects, politesse, dissensus, Nations Unies phraséologie, rhétorique internationale, allocution, routine discursive.