Soutenance de thèse de Monsieur Hyppolite SONON

Le Bureau des Études Doctorales

a le plaisir de vous informer que

Monsieur Hyppolite SONON

doctorant au laboratoire CERC – Centre d’Etudes et de Recherche sur les Contentieux – EA 3164,

rattaché à l’école doctorale 509 « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Madame Sophie PEREZ, maître de conférences-HDR, à l’université de Toulon

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat Sciences juridiques,

sur le thème suivant :

« L’ENCADREMENT JURIDIQUE DE LA GESTION DES RISQUES D’INONDATION AU BENIN »,

Mardi 13 juillet 2021 à 10h30 à l’université de Toulon, UFR Droit, salle des actes (3ème étage)

devant un jury composé de :

Monsieur Seydou DIOUF, professeur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, rapporteur,

Monsieur Christophe JUHEL, maître de conférences-HDR à l’université de Perpignan, rapporteur,

Monsieur Philipe SAUNIER, professeur des universités à l’université Nice Côte d’Azur,
suffragant,

Monsieur Slim LAGHMANI, professeur à l’université de Tunis-Carthage, suffragant,

Madame Valérie HENROT-COLLOMP, maître de conférences à l’université de Toulon,
suffragant,

Madame Sophie PEREZ, maître de conférences-HDR à l’université de Toulon, directrice de thèse.

Résumé

La réduction de l’accroissement des risques d’inondation et leurs conséquences sur la sécurité humaine a souvent été pensée, dans les pays en développement, en termes de coûts et de techniques sur la base de travaux des climatologues, hydrologues et autres, négligeant le plus souvent l’aspect juridique et institutionnel. Ce travail sur l’encadrement juridique de la gestion des risques d’inondation au Bénin a pour ambition de donner quelques réponses à la réflexion sur les approches juridiques de la prévention des catastrophes naturelles, notamment les inondations.
Si la politique de réduction des risques d’inondation a pour objectif la mise en oeuvre des mesures de prévention et de protection, avec des moyens adéquats, afin de protéger les enjeux tels que les personnes, les biens et l’environnement, dans quelle mesure l’encadrement juridique de la gestion des risques d’inondation pourrait-il contribuer à la réduction de la pauvreté ? La réponse peut être juridique, dans la mesure où, en amont, pendant et en aval de la catastrophe, les administrations en charge appliquent des textes et des initiatives que les administrés acceptent et respectent.
En complément, et suivant le même objectif de réduction de la pauvreté, la réparation des dommages engendrés par les inondations auprès des populations vulnérables pourrait connaître une approche instituée juridiquement afin de permettre le rétablissement des victimes.
La mise en oeuvre de telles mesures reste le meilleur moyen de réduire les risques d’inondation, et d’assurer aux investissements futurs une sécurité qui contribuera de façon objective à la réduction de la pauvreté.

Abstract

The reduction of the increase of flood risks and their consequences on human security has often been thought, in developing countries, in terms of costs and techniques based on the work of climatologists, hydrologists and others, neglecting most often the legal and institutional aspect. This work on the legal framework of flood risk management in Benin aims to provide some answers to the reflection on the legal approaches to natural disaster prevention, particularly floods.
If the objective of flood risk reduction policy is to implement prevention and protection measures, with adequate means, in order to protect people, property and the environment, to what extent can the legal framework for flood risk management contribute to poverty reduction ? The answer can be legal, insofar as, upstream, during and downstream of the disaster, the administrations in charge apply texts and initiatives that the citizens accept and respect.
In addition, and following the same objective of poverty reduction, the repair of damage caused by floods to vulnerable populations could be legally instituted in order to allow the recovery of victims.
The implementation of such measures remains the best way to reduce the risk of flooding, and to ensure the security of future investments that will contribute objectively to poverty reduction.